Un Noël à Bruxelles la cosmopolite

Capitale européenne, certes, mais Bruxelles c’est surtout la ville qui m’a vu grandir. Pleine de surprises, il est agréable de s’y promener dans ses rues pavées (sans talons bien sûr) pendant la période de Noël pour admirer les illuminations, flâner dans le gigantesque marché de Noël de plus de 200 maisonnettes et manger des spécialités locales.

rue du marché aux herbes bruxelles

16h30 : Gare Centrale. On quitte l’air chaud de la station de métro pour un froid piquant qui nous rappelle qu’on est bien en hiver (pas évident de s’en rendre compte ces temps-ci quand on habite dans le sud de la France…). L’écharpe bien remontée au dessus du nez et mes oreilles au chaud dans mon bonnet, je suis prête pour flâner au centre-ville pour quelques heures.

La marche n’est pas bien longue jusqu’à la rue du marché au herbes et l’entrée des Galeries Royales Saint Hubert où se trouve un petit square où se mélangent les odeurs de gaufres et de frites dégustées par les passants.

BXL1

Les illuminations donnent un air de fête à cette ville qui m’a, par le passé, parfois semblé froide et inhospitalière. La lumière chaude des guirlandes lumineuses agit comme une machine à remonter le temps et me fait retomber en enfance, quand Noël était magique et mystérieux.

galeries royales saint hubert bruxelles

BXL 3

17h : Grand Place. L’émerveillement arrive à son comble sur cette place d’ordinaire déjà splendide en toute saison. En son centre, trône un sapin gigantesque brillant de mille feux. Les façades des cafés vieux de centaines d’années sont éclairées de lumières chaleureuses qui nous invitent à y entrer. Il est d’ailleurs difficile de résister à l’envie de s’y assoir si l’on a déjà eu l’occasion d’y aller par le passé ; architecture centenaire, bières belges, gaufres aux milles saveurs, genièvre et accent bruxellois font de ces endroits de vrais petits écrins de culture locale. Il ne faut toutefois pas être trop regardant sur les prix, Grand Place oblige…

BXL 4

la chaloupe d'or bruxelles

Pur hasard ou magie de Noël, une musique se met à retentir et les lumières des façades se mettent à danser. Entrainée dans ce tourbillon de sons et lumières, les larmes me montent aux yeux à tel point le spectacle est émouvant. Pendant 15 minutes, nous avons eut droit à une synchronisation parfaite des sons et lumières et à un choix judicieux des couleurs et des musiques qui ont réussi à transporter la foule dans le monde magique de la fête.

son et lumière de noël grand place bruxelles

son et lumières grand place noël bruxelles

17h30 : Place de la Bourse. Le marché de Noël commence ici. On y trouve de jolies maisonnettes en bois ornées de guirlandes avec des étals plus colorés les uns que les autres. Une odeur de vin chaud et d’amandes caramélisées arrivent jusqu’à mes narines. Je ne résiste pas longtemps avant de céder à la succulente boisson chaude qui me réchauffe instantanément. Au détour d’une maisonnette, je tombe nez à nez avec un étalage de « cougnous » ; délicieuse brioche traditionnelle avec des morceaux de sucre. La gourmandise l’emporte et je repars avec ce qui sera mon petit déjeuner du lendemain sous le bras.

BXL 8

Quelques rues plus loin, sur la place Sainte Catherine, se trouve le plus gros du marché de Noël avec la grande roue, les carrousels et des centaines de maisonnettes proposant à manger, à boire et de l’artisanat de toutes sortes. L’esprit traditionnel des châlets et le design contemporain des lampadaires géants de la place se mêlent à merveille pour offrir un environnement particulièrement chaleureux où familles, amis et inconnus se mêlent et se retrouvent autour d’un verre de vin chaud ou de bière.

BXL7

Après plus d’une heure de balade dans la ville à sillonner les rues et le marché de Noël, l’envie de profiter d’une de ces terrasses chauffées se fait sentir. C’est non loin de la Bourse que nous nous installons, Monsieur R et moi, pour prendre un petit apéritif à l’abris d’une haie de sapins de Noël. Les bars et cafés de Bruxelles ont cette particularité d’être presque tous équipés de parasols chauffant ou d’équivalents muraux ce qui permet de profiter de l’effervescence de la rue  tout en étant bien au chaud à sa table.

BXL9

19h30 : Direction le meilleur restaurant de la ville pour la spécialité locale : les moules frites. Au coeur du dédale des minuscules rues où se concentrent les restaurants de poissons du centre aux stores rouges et verts, se trouve Chez Léon. Chaleureux, convivial, simple et délicieux sont les 4 adjectifs qui décrivent le mieux cet endroit et son personnel aux petits soins. Souvent envahi par les touristes à l’heure actuelle, Chez Léon était autrefois simplement le restaurant préféré du Bruxellois. Les frites sont délicieuses, la mayonnaise est maison et le dimanche à partir de 18h, c’est moules à volonté. Comme à mon habitude je me suis régalée de moules à la crème, de frites mayonnaise, le tout accompagné d’un verre de vin blanc.

BXL10

BXL11

21h : Nous quittons Léon pour une balade digestive dans les petites rues. Malgré notre copieux repas, les odeurs sucrées des gaufres et du chocolat titillent nos papilles. Dans une rue perpendiculaire à la Grand Place se trouve un excellent vendeur de gaufres. Faites à la minute et agrémentées d’à peu près tout ce qu’un gourmand peut rêver, nous nous y arrêtons et cédons à la tentation.

Je suis une puriste ; pour moi la gaufre au sucre est nature. Et je ne suis pas déçue de mon choix. La gaufre est chaude, moelleuse et croquante à la fois, sucrée juste ce qu’il faut pour qu’elle soit gourmande sans être lourde. Un délice!

BXL14

BXL13

Ces quelques heures au coeur de ma ville m’ont comblées. Je me rend compte que je n’appréciais peut être pas Bruxelles à sa juste valeur quand j’y vivais. Maintenant que je suis partie, à chaque fois que j’y viens, je savoure ces instants : je regarde autour de moi, je m’émerveille devant ces spécialités qu’on ne trouve que là bas, j’écoute attentivement et j’enregistre l’accent chantant de ses habitants comme pour garder en moi un peu de d’elle avant de repartir.

Bruxelles fait partie de moi, je le sais aujourd’hui. Je mesure ma chance de connaître cette ville et de l’apprécier à sa juste valeur. Si je devais appeler un endroit « maison » ce serait celui-là. Mes racines sont là bas, quelque part entre le Grand Sablon et la Place Saint Géry. Et j’y retournerai encore souvent pour m’enivrer du bruit, des lumières et du mouvement qu’offre cette ville qui change mais dont l’identité est gravée profondément en moi.

J’espère vous avoir donné l’envie d’aller y faire un tour si vous n’en avez pas encore eu l’occasion. Rien que pour aller rendre visite à Manneken Pis ça vaut le coup ;)

Bisous Bruxellois

Photographies : Madame R

Laisser un commentaire